Agony sous la censure


Destinataire : Esrb - pegi


        

L'Art avec un grand A n'est pas toujours concert, il dépasse le réalisme dans ses traits abstraits. Et parce que nous sommes plus de sept milliards sur Terre, il existe autant de goûts  que d'individus.

Lettre :

Mesdames et messieurs de l'ESRB et de PEGI,Nous comprenons la véritable nécessité de votre existence comme nous comprenons la véracité de votre système de classement. Cependant n'oubliez pas les droits fondamentaux humains érigés en 1948 des 58 États membres qui constituaient l'Assemblée générale. L'article 19 de ce texte universel apparaît ainsi : "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit". Fin de citation. Nous imaginons que vos décisions de censure concernant le studio Madmind et du jeu Agony sont légitimes, hors elles ne le sont pas. Sigmund Freud l'a bien dit " La catharsis repose sur l'abréaction des affects liés au traumatisme, c'est-à-dire la décharge émotionnelle qui accompagne la prise de conscience. La catharsis est ainsi le processus, parfois émotionnellement violent, au travers duquel le sujet se libère du refoulement. La catharsis est le premier pas nécessaire d'une mise à distance, ou d'une objectivation du trauma qui peut aboutir à un véritable processus de perlaboration de l’évènement, c'est-à-dire son intégration, par les moyens du langage, dans l'histoire du sujet."Nous soulignons  que le cinéma affecte davantage le spectateur passif qui subit la violence des scènes qu’un jeu vidéo où le joueur certes vit la scène mais sait qu’il s’agit d’une fiction. L’effet cathartique n’est bien évidemment pas le même. Et que dans les limites érigées par la morale et l'éthique de la société, ainsi que du besoin de s'évader, j'entends par là besoin cathartique, une œuvre ne peut être privée de son essence artistique et scénaristique. Nous mettons en avant une censure plus ferme que celle du cinéma : nous vous rappelons que la pédophilie existe bel et bien dans certains titres au cinéma interdit aux moins de 18 ans et pourtant diffusé ! Concernant Agony, le jeu a un tel contexte artistique sombre qu'il est difficile d'outre passer à une certaine mesure de la violence, de la peur, du sang et du sexe dans ce titre ! Voilà pourquoi je vous adresse aujourd'hui cette pétition en m'appuyant sur votre bon sens, et sur le respect des goûts du public adulte. Pourquoi ne pas faire appel à d'autres mesures comme un système de code parental inclus dans le jeu ? Cordialement, Le public adulte adepte d'Agony





Fil d'actualité :

Publicité