Augmentation du salaire minimum


Destinataire : intermittent-e-sonba@mailo.com


        

Nous, techniciennes et techniciens du spectacle intermittentes et intermittents, employé-e-s par l’Opéra de Bordeaux, souhaitons interpeller la direction, la mairie de Bordeaux, la Métropole, la Région et la Drac sur la question de nos rémunérations.


Nous intervenons dans tous les services techniques que regroupe l’Opéra : la machinerie, les décors, les lumières, le son, les costumes, le maquillage et la coiffure, les accessoires, la technique-orchestre, le plateau, la régie, etc....

Beaucoup d’entre nous travaillent depuis plus de 5 ans, 10 ans, voire 20 ans avec les équipes permanentes de l’Opéra. Nous avons été formés par celles-ci et, si nous sommes toujours appelés, c’est qu’elles nous accordent leur confiance. Les divers métiers que nous exerçons au sein de ce grand établissement requiert la connaissance de leurs spécificités et des compétences acquises de la pratique et de l’expérience. Nous aimons nos métiers et nous pensons qu’ils doivent être reconnus et valorisés.

En tant qu’intermittentes et intermittents, nous sommes appelé-e-s pour renforcer les équipes de l’Opéra lorsque des productions le nécessitent. Notre régime permet d’avoir recours à du personnel qualifié pour quelques heures, quelques jours, sans engagement. Il nous est demandé de nous tenir disponibles et parfois de répondre à des demandes la veille pour le lendemain. Mais nous sommes amenés à exercer nos métiers dans d’autres structures. Et nous y faisons toutes et tous le même constat. Partout, pour le même poste, nos salaires sont supérieurs à ceux pratiqués par l’Opéra de Bordeaux. La différence est au minimum de 3 euros brut de l’heure. Avec 11,52€ brut de l’heure, l’Opéra pratique le taux horaire le plus bas de la métropole, voire de France. Pour le même emploi, le service financier de la métropole verse d’ailleurs des salaires différents ! Un technicien d’orchestre travaillant pour le conservatoire de bordeaux touche 14€85 brut de l’heure, s’il est en régie plateau, 16€50. Au conservatoire de Gradignan, 16€. Un machiniste à la Méca (Oara) touche 15€, au théâtre des 4 saisons un machiniste, un technicien son ou lumière est à 14 €, 16 euros s’il est en régie, 20€ en régie générale ; au service costume, le tarif est de 16 euros. Au TNBA, le minimum est de 15,27 euros brut, au globe théâtre de 16€, à la manufacture 15 euros brut, etc.....

Non seulement le salaire est maigre mais en plus de cela, il est fréquent que nous soyons embauchés pour des services de 4h. Ce qui revient à gagner 36 euros net auxquels nous devons retirer parfois un repas (nous n’avons ni repas proposé, ni panier lors des spectacles joués en métropole) et le coût du transport. Un grand nombre d’entre nous n’habitent bien évidement pas le centre de Bordeaux et font parfois plus 1h30 de trajet aller-retour, pour gagner 36 euros… Faire déplacer les intermittent-E-s pour si peu d’argent et si peu de temps et ne verser une prime « vélo » qu’aux seuls permanent-E-s, ne démontre pas plus de respect de la nature que des individu-E-s. Il est aussi notable que selon les allocations chômage que nous touchons et en vertu du mode de calcul des indemnités versées par mois, plus on travaille pour l’Opéra à ce tarif, plus on perd d’argent !!


Nous savons qu’il va nous être retourné que « la période est difficile », que « l’abondance est derrière nous » et que « la fête est finie », mais la fête n’a jamais commencé pour nous à l’Opéra, alors même que depuis tant d’années, nous avons pu voir comment d’autres ont bien profité de l’abondance. Même dans des périodes moins difficiles, il n’a jamais été question d’augmenter les bas salaires. Et si les chefs de services commencent à avoir du mal à former les équipes intermittentes, qu’ils ne trouvent plus personnes, c’est parce que beaucoup d’entre nous finissent par choisir les structures qui respectent leur métier et leurs compétences.

Nous pensons que si la direction de l’Opéra veut faire des économies, elle doit augmenter les bas salaires de ses équipes techniques . Ce qui l’obligera sans doute à retravailler son mode d’organisation. Ainsi, elle fidélisera ses salariés supplémentaires et chaque service gagnera en efficacité.


Ce taux horaire est indigne ! Nous demandons que le taux minimum soit augmenté et que soit ainsi ré-évalué l’ensemble des autres salaires en fonction des responsabilités exigées !


Nous vous demandons donc de répondre à notre demande par une ou plusieurs propositions ou par l’ouverture de négociation avant le 27 décembre 2022. Celle-ci concerne donc deux grands points :

- l’augmentation du taux horaire minimum à 15 euros brut.

- la fin des services de 4h.


Nous avons la prétention de penser que nous sommes « essentiels » à la tenue et à la réussite des spectacles qui composent les saisons de l’Opéra. Et si jamais il fallait le prouver, nous sommes prêts à en faire la démonstration.

Nous sommes disposés à rencontrer la direction et nous réservons le droit d’être accompagnés par des représentants syndicaux.


Nous sommes joignables par mail :

intermittent-e-sonba@mailo.com




SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations et la newsletter du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations et la newsletter du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement sur le site.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.



L'ensemble des informations recueillies sur le formulaire de signature sont destinées à l'auteur de la pétition (sauf votre adresse e-mail) et en signant vous acceptez que l'auteur puisse transmettre ces informations recueillies au destinataire de cette pétition ou toute personne décisionnaire.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : France. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :