Ne sacrifions pas le Bac des skieurs & snowboarders haut niveau !

Ne sacrifions pas le Bac des skieurs & snowboarders haut niveau !

Destinataire : Ministre de l'Education nationale


        

Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale,

 

Dans l’École de la Confiance, les élèves sportifs de haut niveau ont toute leur place. Les élèves skieurs/snowboarders des Pôles France & Espoirs ont une scolarité aménagée (première et terminale en 3 ans au lieu de 2 ans) qui leur permet de mener à bien leur double projet sportif et scolaire. La promotion inscrite depuis 2018 dans les filières S et ES (et donc non concernée par la réforme) passera son Bac en juin 2021, ce qui tombe la même année que le premier nouveau Bac réformé.

Ce nouveau Bac, qui abolit les filières, repose sur des choix de spécialités et met l’accent sur le contrôle continu dès la classe de première, ne peut s’adapter à ces élèves-athlètes de haut niveau d’ores et déjà entrés en terminale dans certaines matières. L'ampleur de la réforme rend impossible l’adaptation improvisée et précipitée en terminale "réformée" d’élèves engagés depuis un an et demi dans les filières S ou ES : ils ne peuvent donc en aucun cas passer ce nouveau Bac pour lequel ils n’ont pas été préparés.

 

Nous refusons :

·       toute adaptation confuse, précipitée et inapplicable du Bac réformé

·     toute charge de travail scolaire supplémentaire pour les élèves susceptible de nuire à leur projet de sportif de haut niveau

·       toute inégalité de traitement entre les candidats bacheliers

·       tout choix contraint d’Enseignement de Spécialité qui entraînerait une orientation post-bac limitée

 

Nous exigeons :

·       qu’ils passent le Bac ancienne formule pour lequel les professeurs les ont préparés

·   que la dérogation déjà accordée pour les épreuves anticipées de Français (passer l’ancien Bac) soit généralisée à l’ensemble des épreuves

·       que ni le projet sportif ni le projet scolaire de ces élèves ne soient sacrifiés


Cette solution est simple, juste et sans surcoût.

 

 

Les enseignants en colère du Pôle France d’Albertville (SAS-CNE),

des Pôles Espoirs de Moûtiers, Passy et Villard-de-Lans





Fil d'actualité :

Publicité