Dhg collèges 2019 insatisfaisantes


Destinataire : Caroline abadie - députée lrem 8e circonscription de l'isère


        

Prochainement, le Conseil d’Administration de chaque Collège devra se prononcer sur l’approbation de la Dotation Horaire Globale (DHG).

Plus que jamais cette dotation 2019/2020 questionne la possibilité de maintenir un enseignement de qualité.

Qu’est-ce que la DHG ?

La DHG présente le budget d’heures d’enseignement que le collège aura à sa disposition pour la prochaine rentrée.

La DHG est répartie par le chef d’établissement qui doit prendre en compte les moyens qui lui sont alloués par le rectorat. Ces moyens sont fonction du nombre d’élèves prévus à la rentrée (bassin des CM2, élèves déjà au collège) et de la politique du gouvernement.

Le chef d’établissement prend également en compte les besoins pédagogiques et si possible les demandes personnelles des enseignants pour obtenir une DHG qui soit la plus satisfaisante possible pour l’ensemble des parties.

Il y a de très nombreuses règles administratives à respecter pour établir la DHG.

Quelles sont les nouveautés prévues pour la rentrée 2019 ?

Lors de la rentrée 2018, il a déjà été mis en place des réductions horaires :
  • - L’accompagnement personnalisé à été supprimé en anglais sur un niveau
  • - Le volant d’heures utilisé pour rétribuer les actions faites en dehors des cours (soutien lecture, SOS…) a été significativement réduit.


Pour la période 2019-2020, de nouvelles économies sont annoncées (Exemple au collège de l'Isle):

  •           Une nouvelle classe sans tous les moyens

Il est prévu une classe supplémentaire et le volant d’heures devrait s’accroitre de 26 h + 3 h hebdomadaires de façon à assurer le programme (26 h) et le soutien (3h). Il n’est malheureusement prévu que 27 h (26h+1h). Pour le niveau concerné le soutien sera donc réduit en proportion du nombre d’élèves.

  •           La suppression des groupes de sciences pour 2 niveaux

Les classes sont de 27 à 30 élèves. Pour permettre un enseignement plus serein des sciences, les élèves sont répartis en groupes de 24.
Cette répartition doit être supprimée pour deux niveaux. Mais les salles d’enseignement des sciences sont prévues pour 24 élèves. Comment va-t-on faire rentrer 30 élèves dans des salles de 24 ? Quid de l’AVS ou du fauteuil roulant d’un élève handicapé ?

  •           Des heures supplémentaires pour les enseignants

Le ministre l’avait annoncé : sa volonté est de limiter les recrutements et d’utiliser les heures supplémentaires à cet effet. Le collège est touché comme tous les établissements de France.
Alors qu’il aurait été possible d’embaucher des enseignants à temps partiel, des enseignants devront faire un nombre d’heures supplémentaires qu’ils jugent excessif.

Quelle suite ?

La dotation elle-même est décidée par le rectorat et n’est pas soumise au vote.

Le prochain conseil d’administration se prononcera sur l’approbation de la répartition de cette dotation horaire. Néanmoins au moment du vote les membres du conseil voteront en réalité sur les moyens alloués car le chef d’établissement fait au mieux avec ce qu'on lui donne. Voter contre lors des Conseils d'Administration est la seule façon de faire connaître sa désapprobation sur les moyens.

Si le vote est positif, on sera dans un consensus général comme c’est très souvent le cas.

Si le vote est négatif, cela montrera une fracture inhabituelle entre les parties prenantes. Dans ce cas, un nouveau conseil d’administration sera convoqué une semaine plus tard. Si le vote est à nouveau négatif, l’administration pourra malgré tout mettre en œuvre la dotation prévue car le conseil d’administration ne rend finalement qu’un avis.

Pour le collège de l'Isle, il reste néanmoins un vrai problème sur l’enseignement des sciences que le rectorat ne peut pas ignorer : il est impératif de revenir aux groupes de sciences pour tous les niveaux.

Cette pétition est à destination de Mme ABADIE, Députée LREM de la 8e circonscription de Vienne. Signons, partageons, pour que plus de professeurs soient octroyés à l'Education de nos enfants.





Fil d'actualité :

Publicité