Défense des conditions de travail des PsyEN EDA et maintien dans l'Education Nationale


Destinataire : Le ministre de l'Education Nationale


        

Les Psy EN EDA 27 et 76, syndiqués ou non syndiqués, réunis au stage FO, le 02 février 2021, revendiquent l'amélioration de leurs conditions de travail et le maintien dans l’Éducation Nationale.

Actuellement, le gouvernement profite de la situation sanitaire pour accélérer toutes ses contre-réformes, rejetées par l’ensemble des personnels. Le Grenelle du ministre Blanquer suscite colère et indignation. La « revalorisation » proposée est perçue comme une provocation. Seule une minorité d’enseignants est concernée. Rien pour les autres catégories de personnels ! Nous revendiquons l’ouverture de négociations pour l’augmentation de 20 % de la valeur du point d’indice, l’augmentation indiciaire de 183 € nets mensuel pour tous immédiatement comme les personnels hospitaliers et sans contrepartie.

Le ministre se sert du Grenelle pour engager une remise en cause des statuts de tous les personnels, notamment avec la loi 4D qui organise le transfert de la santé scolaire aux collectivités. Ce projet de loi pourrait concerner les PsyEN comme l’indiquait le rapport de la Cour des Comptes au mois de mai 2020.

Toutes ces mesures visent à porter un coup décisif aux statuts nationaux et accélérer la territorialisation de l’Ecole. Nous revendiquons l’arrêt immédiat de toutes ces remises en cause statutaires.

Nous réaffirmons que le cadre de travail des Psy EN EDA, c’est évidemment l’école, lieu social de l’enfance. Depuis 2017 et la création du nouveau corps des PsyEN, aucune avancée globale n’a été constatée, laissant un flou quant à la gestion des PsyEN EDA. Cela n’améliore pas les conditions de travail au quotidien : la gestion de la carrière est laissée au Rectorat (avancement, mutations, …) et la gestion au quotidien par les IEN, sans relation entre ces 2 entités et sans moyens supplémentaires.

Nous dénonçons la politique du ministre Blanquer qui tend à faire du prétendu métier d’élève une pratique sociale conformiste visant l’acquisition d’habitus et un gain en efficacité, au mépris du sens, de l’intention et du désir de l’élève. Cette politique aboutit à une hyper-médicalisation de la difficulté scolaire, qui court-circuite ce qui est envisagé par l’école et alourdit la charge de travail des psy EN EDA, par des injonctions de différentes institutions extérieures à l’EN (CMP, pédiatres, orthophonistes, MDPH…).

Nous exigeons :

·       L’abandon du projet de loi 4D.

·       Le maintien des Psy EN EDA comme fonctionnaires d’Etat du ministère de l’E.N, ainsi que des créations de postes en nombre suffisant (1 Psy EN EDA dans un RASED complet pour 800 élèves), ainsi que la création de postes de PSY EN EDA remplaçants.

·       La réaffirmation de nos missions par notre institution auprès de ces partenaires extérieurs afin de limiter l’hyper-médicalisation de la difficulté scolaire ;

·       Des créations de postes de maîtres E et G permettant de travailler avec des RASED complets ;

·       Une formation continue de qualité, en fonction des demandes des Psy EN EDA et une analyse de pratique – remboursement à hauteur des frais engagés – (Principe 2 du code de déontologie des psychologues) ;

·       Des moyens matériels (bureau, matériel informatique, fournitures, matériel de test, un téléphone et une ligne téléphonique, etc.), à hauteur des besoins de chacun des PsyEN EDA, assurés par l’administration (Rectorat, DSDEN) ;

·       De percevoir la prime REP ou REP+ dans son intégralité ;

·       Une dotation individuelle permettant le remboursement des frais réels de chaque déplacement ;

·       Le maintien des structures spécialisées (IME, ITEP, Hôpital de jour, …) et l’augmentation de leur capacité d’accueil.

Face à toutes ces attaques, confinement ou pas, nous appelons les personnels à se réunir pour organiser la mobilisation sur les revendications et discuter des moyens de les faire aboutir.

Ça suffit ! Assez de ces mesures qui disloquent nos missions et détruisent l'école !



SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : France. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :