Non au démantèlement de la maison des adolescents du calvados


Destinataire : Partenaires, Professionnels de l'adolescence et usagers (parents/adolescents)


        

 Aux usagers de la Maison des Adolescents du Calvados,

Adolescents, parents et partenaires

 

Depuis son ouverture en 2006, le public, les partenaires et les financeurs de la Maison des Adolescents du Calvados se disent satisfaits de ce dispositif innovant, réactif, proposant une offre de soins variée et décloisonnant les secteurs d’accompagnement des adolescents (soins, éducatif, scolaire, handicap). De ce fait, cette Maison des Adolescents est reconnue sur le plan national.

 

Depuis ces 11 années de fonctionnement, la MDA14 repose sur un montage intriquant les différentes institutions et a bénéficié d’une autorisation expérimentale. Grâce à ce montage spécifique, le décloisonnement entre les différents secteurs d’accompagnement est effectif et les différentes compétences sont potentialisées au service des adolescents et de leurs familles. Aujourd’hui, la question d’une nouvelle autorisation « contraindrait » nos opérateurs à rentrer dans un cadre administratif déjà existant : faute de « case » adaptée, les 2 présidents de l’association régissant la MDA14 ont pris la décision de séparer les différents espaces de la MDA14 selon les institutions supports (hôpital psychiatrique/association médico-sociale) et les champs de compétences principales (soins/accompagnement éducatif).

 

Ceci va à l’encontre tout ce qui a été construit les 11 dernières années et du projet de la MDA14 2017-2022, présenté à ces mêmes décideurs et l’Agence Régionale de la Santé. Aucun n’est en mesure de nous expliquer l’organisation concrète à compter mai 2018 et nos décideurs ne semblent mesurer les conséquences d’une telle déstructuration du dispositif MDA14.

Nous, qui travaillons dans cette MDA et connaissons bien les articulations et intrications existantes ainsi que le temps qui fut nécessaire à leurs mises en place, craignons :

-     Une réduction de l’offre actuelle par la difficulté à maintenir des actions transversales entre espaces et par la perte potentielle de postes : augmentation du délai d’attente pour un rendez-vous, mise à mal de certaines propositions d’accompagnement, certaines pouvant être amenées à disparaître.

-      Un changement profond des équipes actuelles s’occupant des adolescents de l’Espace de Soin et de Médiation et de l’Hébergement Thérapeutique, car il nous a été clairement expliqué que ne pourront intervenir dans ces espaces que le personnel embauché par l’hôpital pour le premier et par l’association médico-sociale pour le second. Actuellement, la répartition est pour moitié de chacune des institutions dans ces 2 équipes.

-      Une perte de compétences spécifiques (infirmiers avec une expérience en hôpital psychiatrique à l’Hébergement Thérapeutique, chef de service issu du médico-social à l’Espace de Soin et de Médiation, personnel spécifiquement formé à certaines interventions utiles pour le travail dans leur espace actuel)

-   La disparition d’un dossier commun par jeune au sein de la MDA14, facilitant le travail transversal.

-  Une moindre fluidité pour passer d’un espace de prise en charge à l’autre, en raison de l’appartenance de chacun des espaces à des institutions différentes, donc des délais de prise en charge encore augmentés.

-      Une diminution des projets pour les adolescents (médiations avec des intervenants extérieurs, sorties, séjours thérapeutiques) par une perte de la gestion autonome et réactive du budget de la MDA14.

-       Une perte progressive de cette culture du décloisonnement qui fait la particularité des prises en charge proposées par la MDA14

Nous sommes opposés à la déstructuration de notre travail auprès des adolescents et vous remercions de votre éventuel soutien auprès des décideurs (Directrice générale de l’ACSEA, Directeur de l’EPSM et Agence Régionale de la Santé)





Fil d'actualité :

Publicité