Des pistes cyclables à Tournai


Destinataire : Membres du collège communal de tournai


        

Zoé Decaluwé

269 Boulevard Eisenhower

7500 Tournai

zoedecaluwebruggeman@gmail.com

+32 471 61 41 67


1 juin 2020



Chers membres du Collège communal de Tournai,

Tout d’abord, j’espère que vous vous portez bien et que le confinement n’a pas été trop difficile pour vous. 

Il faut quand même dire qu’on a eu de la chance avec le temps durant cette période assez hors du commun. L’occasion de se promener dans la nature, de ralentir son rythme de vie et d’y prendre du plaisir et aussi de se concentrer sur l’essentiel. 

J’ai également remarqué que de nombreux citoyens ont repris leur bicyclette durant cette période, les trajets en voiture étant limités, le vélo était devenu la bonne solution pour permettre de se déplacer plus loin en toute légalité. Je ne sais pas pour vous, mais personnellement ça m’a fait un bien fou. Tout d’un coup on voyait le visage des gens à la place des automobiles et des bouchons, on voyait des familles rouler ensemble pour une promenade dominicale, des frères et soeurs faire la course dans les campagnes, même des personnes âgées qui n’avaient pas l’air de craindre l’accident. En effet, les routes se sont nettement vidées de leur lot de voitures c’est ce qui a permis que les vélos reprennent du terrain car il y avait moins de danger potentiel pour eux. Revoir ces visages souriants à la place de gros bolides a énormément fait de bien sur mon moral et sur ma façon de considérer ma ville. J’en étais fière, fière de ses citoyens et fière d’en faire partie. 

Aussi, j’ai personnellement utilisé mon temps de confinement à m’intéresser plus à la cause écologique qui est pour moi le sujet le plus important duquel se soucier par rapport à l’avenir de l’humanité. Et de nouveau, quel bonheur pour la planète que de remplacer le CO2 des voitures par des vélos dans la rue. Comme quoi il est possible d’à la fois prendre du plaisir et de réduire notre empreinte écologique. J’avais presque l’impression de me retrouver dans une de ces villes futuristes qui se soucient de l’environnement et qui ont décidé de le placer au centre de leurs actions citoyennes. 

Finalement, ce qui a été le plus frappant c’est le plaisir que les gens ont trouvé à prendre leur vélo pour se déplacer, les automobiles n’étant plus là pour les déranger, ils avaient libre court pour reprendre leur place dans la rue. Si vous connaissiez ma sœur, vous comprendriez à quel point j’ai été choquée de l’entendre me dire qu’elle avait adoré faire du vélo et qu’elle avait parcouru des dizaines de kilomètres sur sa bicyclette. Et pourtant c’est arrivé et elle n’est pas la seule qui a redécouvert une passion pour le vélo grâce au confinement. 

Vous vous demandez peut-être (ou pas) pourquoi je vous raconte tout ça à vous? La raison est simple: depuis que le dé confinement est arrivé, les vélos ont petit à petit été remplacé par les voitures, et la vie d’avant à petit à petit repris son cours, comme si de rien était. Je ne vais pas blâmer les voitures, conscientes de leurs nouveaux droits réacquis, elles jouissent simplement d’une liberté tout à fait légitime; mais je vais encore moins blâmer les vélos, car je l’ai utilisé aussi dans le centre et croyez-moi, on ne s’y sent pas assez en sécurité. Le problème est évident, le manque de pistes cyclables et d’infrastructures consacrées au vélo. 

Ne vous méprenez pas quand je dis ça, je suis bien consciente qu’au moindre nouveau changement dans les routes et aux travaux associés, les vélos y sont inclus, je fais notamment référence aux travaux qui ont été fait le long du boulevard Marvis avec une piste cyclable digne de ce nom et même des feux dédiés uniquement aux vélos. Ce dont je parle c’est le après. Après s’être promené librement et en toute sécurité le long du boulevard, on se retrouve livré à nous-même pour décider quel est le choix le plus judicieux à prendre par rapport à notre sécurité à vélo. 

Vous savez, même en tant que conductrice de voiture, je suis aussi dérangée par ce manque d’infrastructures. Je me retrouve contrainte à aller à la vitesse du vélo devant moi pour éviter l’imprudence ou parfois à pousser une pointe d’accélération pour dépasser le vélo rapidement le temps qu’il n’y a personne en face. Les conducteurs aussi doivent faire en fonction de ce qui leur semble le plus judicieux. C’est donc au bon sens des citoyens sur un moment précis qu’est défini la sécurité de ces êtres humains. Pour moi ce n’est pas suffisant, nous devons nous sentir plus en sécurité lorsque nous prenons notre vélo. 

Je suis consciente que l’aménagement des pistes cyclables puissent demander un certain investissement et une réorganisation de l’espace routier, mais imaginez les avantages que ça représente: 

  1. Permettre aux citoyens d’avoir la possibilité de prendre soin de leur santé en faisant du sport et de faire un choix en faveur de l’environnement pour leurs petits comme leurs moyens déplacements
  2. Apporter un sentiment de sécurité aux citoyens en leur offrant cette possibilité de choisir le vélo dans un espace sécurisant et bien défini.
  3. Être un exemple de ville qui se tourne vers le futur en incitant ses citoyens à privilégier le vélo dans le tournais ainsi que dans son centre. En minimisant ainsi l’empreinte carbone de la ville.

Nous sommes nombreux à espérer un avenir meilleur et je suis certaine qu’en tant que politicien(ne)s, vous aussi. Je pense que ce geste est une belle manière de montrer aux citoyens qui vous ont choisi que vous vous souciez d’eux et que vous entendez leurs demandes. 

Nous ne demandons pas d’avoir des mini autoroute pour vélos comme on peut en trouver en Baie de Somme du jour au lendemain. Mais si nous pouvions commencer dès aujourd’hui à installer des espaces définis pour les vélos dans toutes les rues et qu’au fur et à mesure nous avions quelque chose de plus en plus sécurisant et de mieux en mieux aménagé. Le tout est de commencer quelque part et non pas d’être parfait dès le début. 

Merci d’avoir pris le temps de lire ce courrier et j’espère sincèrement que vous y répondrez favorablement. Nous en avons tous besoin, les Tournaisiens ainsi que la Nature. 

Cordialement,


Zoé Decaluwé

Lettre :

Zoé Decaluwé269 Boulevard Eisenhower7500 Tournaizoedecaluwebruggeman@gmail.com+32 471 61 41 671 juin 2020Chers membres du Collège communal de Tournai,Tout d’abord, j’espère que vous vous portez bien et que le confinement n’a pas été trop difficile pour vous. Il faut quand même dire qu’on a eu de la chance avec le temps durant cette période assez hors du commun. L’occasion de se promener dans la nature, de ralentir son rythme de vie et d’y prendre du plaisir et aussi de se concentrer sur l’essentiel. J’ai également remarqué que de nombreux citoyens ont repris leur bicyclette durant cette période, les trajets en voiture étant limités, le vélo était devenu la bonne solution pour permettre de se déplacer plus loin en toute légalité. Je ne sais pas pour vous, mais personnellement ça m’a fait un bien fou. Tout d’un coup on voyait le visage des gens à la place des automobiles et des bouchons, on voyait des familles rouler ensemble pour une promenade dominicale, des frères et soeurs faire la course dans les campagnes, même des personnes âgées qui n’avaient pas l’air de craindre l’accident. En effet, les routes se sont nettement vidées de leur lot de voitures c’est ce qui a permis que les vélos reprennent du terrain car il y avait moins de danger potentiel pour eux. Revoir ces visages souriants à la place de gros bolides a énormément fait de bien sur mon moral et sur ma façon de considérer ma ville. J’en étais fière, fière de ses citoyens et fière d’en faire partie. Aussi, j’ai personnellement utilisé mon temps de confinement à m’intéresser plus à la cause écologique qui est pour moi le sujet le plus important duquel se soucier par rapport à l’avenir de l’humanité. Et de nouveau, quel bonheur pour la planète que de remplacer le CO2 des voitures par des vélos dans la rue. Comme quoi il est possible d’à la fois prendre du plaisir et de réduire notre empreinte écologique. J’avais presque l’impression de me retrouver dans une de ces villes futuristes qui se soucient de l’environnement et qui ont décidé de le placer au centre de leurs actions citoyennes. Finalement, ce qui a été le plus frappant c’est le plaisir que les gens ont trouvé à prendre leur vélo pour se déplacer, les automobiles n’étant plus là pour les déranger, ils avaient libre court pour reprendre leur place dans la rue. Si vous connaissiez ma sœur, vous comprendriez à quel point j’ai été choquée de l’entendre me dire qu’elle avait adoré faire du vélo et qu’elle avait parcouru des dizaines de kilomètres sur sa bicyclette. Et pourtant c’est arrivé et elle n’est pas la seule qui a redécouvert une passion pour le vélo grâce au confinement. Vous vous demandez peut-être (ou pas) pourquoi je vous raconte tout ça à vous? La raison est simple: depuis que le dé confinement est arrivé, les vélos ont petit à petit été remplacé par les voitures, et la vie d’avant à petit à petit repris son cours, comme si de rien était. Je ne vais pas blâmer les voitures, conscientes de leurs nouveaux droits réacquis, elles jouissent simplement d’une liberté tout à fait légitime; mais je vais encore moins blâmer les vélos, car je l’ai utilisé aussi dans le centre et croyez-moi, on ne s’y sent pas assez en sécurité. Le problème est évident, le manque de pistes cyclables et d’infrastructures consacrées au vélo. Ne vous méprenez pas quand je dis ça, je suis bien consciente qu’au moindre nouveau changement dans les routes et aux travaux associés, les vélos y sont inclus, je fais notamment référence aux travaux qui ont été fait le long du boulevard Marvis avec une piste cyclable digne de ce nom et même des feux dédiés uniquement aux vélos. Ce dont je parle c’est le après. Après s’être promené librement et en toute sécurité le long du boulevard, on se retrouve livré à nous-même pour décider quel est le choix le plus judicieux à prendre par rapport à notre sécurité à vélo. Vous savez, même en tant que conductrice de voiture, je suis aussi dérangée par ce manque d’infrastructures. Je me retrouve contrainte à aller à la vitesse du vélo devant moi pour éviter l’imprudence ou parfois à pousser une pointe d’accélération pour dépasser le vélo rapidement le temps qu’il n’y a personne en face. Les conducteurs aussi doivent faire en fonction de ce qui leur semble le plus judicieux. C’est donc au bon sens des citoyens sur un moment précis qu’est défini la sécurité de ces êtres humains. Pour moi ce n’est pas suffisant, nous devons nous sentir plus en sécurité lorsque nous prenons notre vélo. Je suis consciente que l’aménagement des pistes cyclables puissent demander un certain investissement et une réorganisation de l’espace routier, mais imaginez les avantages que ça représente: Permettre aux citoyens d’avoir la possibilité de prendre soin de leur santé en faisant du sport et de faire un choix en faveur de l’environnement pour leurs petits comme leurs moyens déplacementsApporter un sentiment de sécurité aux citoyens en leur offrant cette possibilité de choisir le vélo dans un espace sécurisant et bien défini.Être un exemple de ville qui se tourne vers le futur en incitant ses citoyens à privilégier le vélo dans le tournais ainsi que dans son centre. En minimisant ainsi l’empreinte carbone de la ville.Nous sommes nombreux à espérer un avenir meilleur et je suis certaine qu’en tant que politicien(ne)s, vous aussi. Je pense que ce geste est une belle manière de montrer aux citoyens qui vous ont choisi que vous vous souciez d’eux et que vous entendez leurs demandes. Nous ne demandons pas d’avoir des mini autoroute pour vélos comme on peut en trouver en Baie de Somme du jour au lendemain. Mais si nous pouvions commencer dès aujourd’hui à installer des espaces définis pour les vélos dans toutes les rues et qu’au fur et à mesure nous avions quelque chose de plus en plus sécurisant et de mieux en mieux aménagé. Le tout est de commencer quelque part et non pas d’être parfait dès le début. Merci d’avoir pris le temps de lire ce courrier et j’espère sincèrement que vous y répondrez favorablement. Nous en avons tous besoin, les Tournaisiens ainsi que la Nature. Cordialement,Zoé Decaluwé



SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : Belgique. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :