je suis ginkgo biloba

 je suis ginkgo biloba

Destinataire : Al3d93@gmail.com


        

Aux habitants, services et élus d’Aubervilliers et de Plaine Commune :
Lettre ouverte
22 octobre 2018 : on coupe À NOUVEAU des arbres
à Aubervilliers
Ça va durer encore longtemps ?
Lundi 22 octobre 2018, nous avons constaté avec stupeur, tristesse et colère que huit arbres
de la rue de la Commune de Paris ont été coupés à ras.
Il s’agissait de Ginkgo Biloba femelles. Chaque automne, leurs fruits dégageaient une odeur
désagréable pour un certain nombre de voisins et d’usagers de la rue. Nous en convenons. Pour
autant, ils étaient là et méritaient plus de respect, comme les habitants qui mesuraient l’intérêt
écologique et esthétique de ces arbres.
Nous pensons que les services municipaux et territoriaux n’auraient pas dû couper ces arbres
et ce pour plusieurs raisons :
● Ils étaient très beaux, autant en été qu’en automne, parés d’un jaune lumineux.
● À Aubervilliers, nous manquons cruellement d’arbres. Dans les petites rues, les constructions
s’accumulent et quasiment aucun arbre ne subsiste.
● À Aubervilliers, la surface des espaces verts par habitant est de 1.3m² alors que
l’Organisation Mondiale de la Santé préconise 10m².
● Les canicules sont de plus en plus nombreuses. Tout arbre adulte aide à préserver la
fraîcheur en produisant de l’ombre, de l’humidité et de l’oxygène, sans compter qu’il pompe
de l’eau dans la nappe phréatique, qu’il permet l’infiltration des pluies par ses racines et qu’il
capte du CO2, source de réchauffement climatique. Enfin, il héberge une biodiversité
devenue trop rare.
● Pour lutter contre les odeurs dérangeantes, d’autres solutions auraient pu être décidées
(nettoyage plus régulier, ramassage des fruits, mise en place d’une bande de terre et
paillage), solutions plus responsables qu’une opération d'abattage et de replantation.
● À Aubervilliers, d’autres nuisances olfactives sont très présentes, sans qu’elles ne provoquent
une opération si radicale, certaines ont même des impacts massifs sur notre santé, comme la
pollution générée par les véhicules.
Une pétition signée par des riverains a réclamé la coupe de ces arbres. D’autres habitants auraient
souhaité être consultés, surtout que l’affichage annonçait un élagage et non un abattage ! L’équipe
de quartier avait signifié le 18 avril 2018 son opposition à cet abattage. Quelque chose dans la
méthode n’est pas tolérable. Il est encore moins tolérable de voir se réduire encore le nombre
d’arbres sur la ville.
Nous demandons :
● un remplacement rapide des arbres coupés ;
● un calendrier des interventions sur les arbres (élagages, coupes,

Lettre :

Aux habitants, services et élus d’Aubervilliers et de Plaine Commune :Lettre ouverte22 octobre 2018 : on coupe À NOUVEAU des arbresà AubervilliersÇa va durer encore longtemps ?Lundi 22 octobre 2018, nous avons constaté avec stupeur, tristesse et colère que huit arbresde la rue de la Commune de Paris ont été coupés à ras.Il s’agissait de Ginkgo Biloba femelles. Chaque automne, leurs fruits dégageaient une odeurdésagréable pour un certain nombre de voisins et d’usagers de la rue. Nous en convenons. Pourautant, ils étaient là et méritaient plus de respect, comme les habitants qui mesuraient l’intérêtécologique et esthétique de ces arbres.Nous pensons que les services municipaux et territoriaux n’auraient pas dû couper ces arbreset ce pour plusieurs raisons :● Ils étaient très beaux, autant en été qu’en automne, parés d’un jaune lumineux.● À Aubervilliers, nous manquons cruellement d’arbres. Dans les petites rues, les constructionss’accumulent et quasiment aucun arbre ne subsiste.● À Aubervilliers, la surface des espaces verts par habitant est de 1.3m² alors quel’Organisation Mondiale de la Santé préconise 10m².● Les canicules sont de plus en plus nombreuses. Tout arbre adulte aide à préserver lafraîcheur en produisant de l’ombre, de l’humidité et de l’oxygène, sans compter qu’il pompede l’eau dans la nappe phréatique, qu’il permet l’infiltration des pluies par ses racines et qu’ilcapte du CO2, source de réchauffement climatique. Enfin, il héberge une biodiversitédevenue trop rare.● Pour lutter contre les odeurs dérangeantes, d’autres solutions auraient pu être décidées(nettoyage plus régulier, ramassage des fruits, mise en place d’une bande de terre etpaillage), solutions plus responsables qu’une opération d'abattage et de replantation.● À Aubervilliers, d’autres nuisances olfactives sont très présentes, sans qu’elles ne provoquentune opération si radicale, certaines ont même des impacts massifs sur notre santé, comme lapollution générée par les véhicules.Une pétition signée par des riverains a réclamé la coupe de ces arbres. D’autres habitants auraientsouhaité être consultés, surtout que l’affichage annonçait un élagage et non un abattage ! L’équipede quartier avait signifié le 18 avril 2018 son opposition à cet abattage. Quelque chose dans laméthode n’est pas tolérable. Il est encore moins tolérable de voir se réduire encore le nombred’arbres sur la ville.Nous demandons :● un remplacement rapide des arbres coupés ;● un calendrier des interventions sur les arbres (élagages, coupes,● un calendrier des interventions sur les arbres (élagages, coupes,remplacements, plantations nouvelles) ;● une consultation préalable à toute nouvelle coupe.





Fil d'actualité :

Publicité