NON À LA DÉMOLITION DE LA MAISON DU PORT AU BLÉ ET À LA CONSTRUCTION DE DEUX IMMEUBLES

NON À LA DÉMOLITION DE LA MAISON DU PORT AU BLÉ ET À LA CONSTRUCTION DE DEUX IMMEUBLES

Destinataire : Monsieur le maire de rezé


        

La Maison du Port-au-Blé (autrefois appelée Zola-Barbusse) existe depuis 40 ans et fait partie depuis 2006 du Centre Socio-Culturel Loire et Seil. Elle a permis durant tout ce temps aux habitant·e.s de se retrouver et de monter ensemble des projets citoyens, solidaires, festifs et chaleureux.

La Municipalité veut maintenant, dans la continuité de l'équipe précédente, la détruire pour qu'Atlantique-Habitations puisse construire à la place deux immeubles d’habitation avec 50 logements sociaux. Pour cela, il faut que la Municipalité vende ce terrain qui lui appartient. Il est encore temps d’arrêter ce projet.

Le Maire, Hervé Neau, a écrit dans le N°153 de Rezé-Mensuel : « L’aménagement de demain doit revenir à des échelles raisonnables, urbaines et micro-urbaines pour une ville solidaire, partageuse et durable. Je crois en l’implication citoyenne et en l’expertise des habitants pour mener à bien ce projet. » 

Le Collectif pour le Maintien de la Maison du Port-au-blé ne s'oppose pas à la construction de logements sociaux mais dit :

-        NON à la destruction d’espaces verts et de détente pour les habitant.e.s.

-        NON à la construction d’immeubles à cet endroit, en bordure de la route de Pornic qui est très bruyante (bien au-delà du niveau sonore préconisé par l’Organisation Mondiale de la Santé). Il y a beaucoup de sites plus adaptés pour des projets de logements sociaux à Rezé.

-        NON à la démolition de la Maison qui priverait les habitant.e.s du quartier d’un lieu très riche de rencontres et d’activités. Son remplacement par un simple local pour les associations au rez-de-chaussée d'un futur immeuble n'est pas une solution satisfaisante.

Le quartier est déjà très dense en nombre d’habitations.  Sa situation en zone humide et sa végétalisation doivent aussi être prises en considération à l’heure du changement climatique.

C'est pour toutes ces raisons que le Collectif pour le Maintien de la Maison du Port-au-Blé vous invite à signer cette pétition.


 -      JE DEMANDE À LA MUNICIPALITÉ DE NE PAS VENDRE CE TERRAIN.

 -      JE REFUSE LA DESTRUCTION DE LA MAISON DU PORT-AU-BLÉ ET DES ESPACES VERTS.

 -   JE REFUSE LA CONSTRUCTION D'IMMEUBLES À CET ENDROIT.

Lettre :

Rezé, le 23 novembre2020Monsieur Hervé NEAU,Maire de RezéPlace J.B. Daviais,44400 RezéObjet : Maintien de la maison de quartier du Port au BléMonsieur le Maire,Le transfert du Centre socioculturel Loire et Seil dans la zone commerciale d'Atout-Sud, acté par la municipalité précédente, va priver les habitants du quartier du Port-au-Blé de services et d'activités qui leur étaient utiles et faciles d'accès par leur proximité.En outre, le projet d'Atlantique habitation d'implanter deux immeubles en lieu et place de la Maison du Port-au-Blé accentuera la densification urbaine au détriment d'un îlot de verdure, jusqu'à présent préservé et partagé par les habitants alors que de l'autre côté de la route de Pornic devrait s'édifier un projet immobilier de grande ampleur sur lequel votre municipalité a d'ailleurs demandé un moratoire.La publication récente « Le Port-au-Blé, un quartier, sa maison, 40 ans d'activités et d'échanges » le démontre : ce quartier se caractérise par une vie intense, faite d'accueil, d'écoute, de rencontres, de partage, signes évidents d'une implication citoyenne qui doit être préservée et encouragée. Pour continuer à faire vivre cette maison au bénéfice des habitants du quartier, nous avons pris l'initiative de constituer un « Collectif pour le maintien de la Maison du Port-au-Blé »Il nous semble que vous pouvez être sensible à notre préoccupation puisque vous écrivez, dansl'éditorial du dernier numéro de Rezé Mensuel : « L'aménagement de demain doit revenir à des échelles raisonnables, urbaines et micro-urbaines pour une ville solidaire, partageuse et durable. Je crois en l'implication citoyenne et en l'expertise des habitants pour mener à bien ce projet ».Monsieur le Maire, vous avez le pouvoir, pendant qu'il en est encore temps, de stopper ce qui pourrait s'avérer être un désastre social. Afin de préserver la vie intense du quartier, nous vous demandons de ne pasautoriser la démolition de la Maison du Port-au-blé et son remplacement par le projet immobilier présenté par Atlantique-habitations.Dans l'attente d'une réponse et, nous le souhaitons, d'une rencontre dès que vos disponibilités le permettront, nous vous présentons, Monsieur le Maire, nos meilleures salutations citoyennes,Pour le collectif,Blandine Saunier, Ghislaine Seyeux



SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : France. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :