Pour l’arrêt du déploiement LINKY et pour son retrait


Date de création : 25 Janvier 2018
par :stoplinkyblc
Dans 340 jours

Destinataire : M. le Président de la République Emmanuel MACRON


        

A l’attention de M. Emmanuel MACRON, président de la République Française
Monsieur le Président,

La révolution en politique, c’est de toujours donner la priorité aux intérêts des citoyens, et à fortiori dans le domaine sanitaire. Comme pour les pesticides, le déploiement du Linky prouve que l’intérêt des citoyens est bien secondaire :

Le 1er point commun : La politique affichée par les pouvoirs publics est bien différente de la réalité. Elle prône depuis longtemps la réduction de l'utilisation des pesticides. Le résultat : leur utilisation n’a cessé d’augmenter en France malgré le fait que la population consomme de plus en plus bio, et de fait, nous sommes obligés d’en importer ! Par ailleurs, nous assistons actuellement à l’extinction des abeilles dont l’absence serait désastreuse y compris pour les hommes, sans que rien d'efficace ne soit fait pour leur sauvegarde.

Le 2ème point commun concerne l’établissement des normes :

On soupçonne que les seuils des émissions électromagnétiques aient été établis de façon douteuse quand on constate ceci : dans l'émission télévisée visible sur YouTube : BOURDIN DIRECT, J.J. BOURDIN reçoit Marie DUPIN, ils nous révèlent documents à la main, dont certains filmés en gros plan, je cite :  « l'EFSA, l'autorité européenne de sécurité des aliments censée être 100% indépendante, remet en 2015 son rapport sur le glyphosate en vue du renouvellement de l'autorisation de mise sur le marché européen, et conclue à la non dangerosité du Glyphosate pour la santé humaine : des parties importantes de ce rapport sont des copier/coller du dossier de demande de renouvellement de l'autorisation de mise sur le marché écrite en 2012 par la Glyphosate task force (le lobby du glyphosate dont le principal acteur est Monsanto). »

Résultat : l’Europe vient de renouveler l’autorisation de mise sur le marché !

Depuis 2006, l’Union Européenne recommande (et non oblige) certaines améliorations dans le domaine de l’électricité. Le projet LINKY est lancé en France en 2007. Une loi rend le déploiement obligatoire pour ENEDIS mais pas pour les usagers. Comme pour les pesticides, cette loi affiche des intentions qui sont à l’opposé de la réalité :

La loi n° 2015-136 du 9 février 2015 relative à la sobriété, la transparence, l’information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques. Voyons cela de plus près :

1/ Sobriété : (en matière d'ajout de nouvelles sources d'émissions) : excusez du peu, équiper tous les lieux d'habitations et bâtiments publics et privés de France d'appareils diffusant des ondes électromagnétiques est tout le contraire de la sobriété !

2/ Transparence et information : La très grande majorité de la population se voit imposer une nouvelle pollution sans le savoir ! Personne ne dit aux futurs équipés que leur foyer va être pollué : les lignes électriques ne sont pas prévues pour l'utilisation du CPL, lorsqu'il fonctionne, elles deviennent des antennes émettrices d’ondes électromagnétiques jusqu'aux lampes de chevets. L’OMS les a classées comme peut-être cancérogènes et ne garantit pas l’absence de danger pour la santé humaine à usage répété et cumulatifCes émissions sont présentes sans discontinuer jour et nuit, comme le démontrent l’ANRF et le CSTB (organismes accrédités) qui ont fait des relevés de mesures en réel, chez des habitants équipés, et dont les résultats sont disponibles sur internet. Le CSTB (page 24) indique encore : il y a 10 fois plus de pollution avec Linky que sans. 
3/ Concertation : avons-nous le choix ? ENEDIS affirme que nous ne pouvons pas refuser car c’est la loi. Ils le disent par téléphone, les équipes de pose apprennent le message par cœur, ENEDIS le laisse subtilement à penser dans son courrier type de réponse à une lettre de refus d’un usager. Qu'en est-il vraiment ? L’obligation pour les usagers n’existe pas, et encore moins l’obligation d’accepter ce dispositif précis fonctionnant par CPL, capteur de données personnelles par intrusion chez les citoyensutilisant sans accord préalable les lignes électriques privées.

On ne peut pas faire des lois pseudo protectrices et en même temps ajouter de nouvelles émissions pour faire toujours plus de profits (Big data) en négligeant l'aspect sanitaire. On ne peut pas obliger la population à accepter un capteur de données personnelles qu’il est impossible de débrancher sans un accord signé de la main des usagers, auquel cas il s'agit d'un délit d'atteinte à la vie privée tel que prévu à l'article 226-4 du code pénal.
Que disent les scientifiques indépendants ? Ils ne sont pas écoutés des pouvoirs publics et pourtant ils ne cessent de nous alerter. Ne sont-ils pas crédibles parce-qu’ils sont indépendants ? (rapport BIOINITIATIVE, DC Paul HEROUX, DC BELPOMME …) Ils nous disent que les normes actuelles concernant les émissions d’ondes électromagnétiques sont très supérieures aux seuils de danger pour l’homme. Elles posent un problème de santé publique pour la population et particulièrement pour les enfants. Mais pas seulement, le monde animal est lui aussi affecté.
Pire encore : « des changements irréversibles dans l’organisme humain sont susceptibles de se produire, impactant les générations futures » (Vidéo du DC Paul Héroux dans le blog). Les nouvelles émissions provoquées par le LINKY s’ajoutent aux autres (2G, 3G, 4G, Wifi) et créent un cumul dangereux. Personne ne veut servir de cobaye pour voir jusqu’à quelle limite l’être humain peut résister à ces émissions. Toujours d’après les scientifiques, tous ceux qui souhaitent en ajouter sont des apprentis sorciers qui jouent avec le feu. De fait, les autres compteurs communicants et la future 5G sont également à proscrire.
Les compteurs actuels ne sont pas piratables, et le Linky ? Le risque de piratage des données ayant pour conséquence de faciliter un éventuel cambriolage dans nos domiciles n’est pas une vue de l’esprit. Des hackers ont déjà démontré dans d’autres pays (Allemagne, Espagne) que les compteurs communicants sont piratables. Pourquoi leur offrir une proie de choix ? Notre alimentation en électricité en serait ainsi grandement menacée ! Est-ce bien prudent avec notre parc de centrales nucléaires ? Quelles en seraient les conséquences ? Qui peut garantir que ce risque n’existe pas avec le Linky ?
S’il y a une chose qu’il ne faut pas rendre piratable, c’est bien le réseau électrique !
Le nombre d’incendies d’habitats serait en hausse. Pourquoi ces données ne sont-elles pas consultables sur internet par la population ? Y a-t-il un lien de causalité avec le déploiement des Linky ? Est-ce du fait du manque de qualification des poseurs, ou du fait du manque de fiabilité des compteurs ?
Enfin, personne ne doit supporter de vente forcée, ni de contrat d’électricité modifié unilatéralement pour y inclure ce dispositif, ni de pose forcée avec des méthodes parfois agressives et pour le moins contestables.
Ce déploiement imposé contrevient totalement à la déclaration universelle des droits de l’homme des nations unies :
Article 12 : "Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes."
Comment est-il possible, en 2018 et en France, pays des droits de l'homme, qu'une telle atteinte soit perpétrée ?
Notre réponse est claire : En aucun cas nous ne voulons de nouvelle pollution chez nous, aussi minime soit-elle, ni que quelqu’un ou quoi que ce soit ne rentre chez nous s’il n’y a pas été invité, y compris par les lignes électriques.
Peut-être ne saviez-vous pas que de très nombreux collectifs citoyens se sont créés partout en France contre ces déploiements, de nombreuses réunions publiques se sont tenues et continuent de l’être afin de pallier un manque d'informations. Pourquoi les médias nationaux ne traitent-ils ce sujet que superficiellement ?
Nous constatons que seuls, 495 maires courageux et responsables, ont pris des arrêtés d’interdiction du Linky, alors que les autres ne se sont pas intéressés à la question, ou se retranchent derrière la plaquette d’ENEDIS. Dans la plupart des cas, les préfets et/ou ENEDIS saisissent le Tribunal administratif pour faire annuler les délibérations municipales.
M. le Président, c'est ce type de pratiques qui encourage les votes extrêmes. Ce que les gens veulent, c'est que les décisions politiques soient prises prioritairement dans leurs intérêts et pas ceux des lobbies et consors... 
Les signataires de cette pétition, les collectifs de France et ceux qu’ils représentent, les citoyens non informés, les démocrates de tous bords, les électro-sensibles actuels, et les potentiels futurs électro-sensibles que nous sommes tous, nous vous demandons de donner un coup d’arrêt immédiat au déploiement du Linky et des autres compteurs communicants.
Nous vous demandons dans un premier temps qu’aucune fonctionnalité intrusive des compteurs communicants déjà posés ne soit activée et que l’usage de la technologie CPL soit abandonné.
Dans un deuxième temps, les usagers devront pouvoir demander un retrait du compteur communicant, comme au Québec sans aucun frais.
Les compteurs communicants installés dans les lieux fréquentés par les enfants (crèches, écoles, lycées) devront être désinstallés systématiquement et le Wifi coupé.

Vous retrouverez tous les éléments évoqués ici sur le blog : https://stoplinkyblc.blogspot.fr/ ainsi que sur les blogs et pages Facebook des 300 collectifs de France.
Veuillez croire M. le Président, en l'assurance de nos sentiments les meilleurs, et soyez sûr de notre attachement à la préservation de notre santé et de nos libertés.
Le collectif Stoplinkyblc.
Lien vers les actions en justice collectives : https://mysmartcab.fr/christophe-leguevaques/  et  https://lexprecia.com/refus-linky/



SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

  • 07 Février 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 06 Février 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 05 Février 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 02 Février 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 01 Février 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 31 Janvier 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 27 Janvier 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 26 Janvier 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 25 Janvier 2018
    par Unepetition.fr

    la pétition a été modifiée par l'auteur

  • 25 Janvier 2018
    par unepetition.fr

    Pétition validé par l'auteur