Pour la réintégration de Philippe à l'effectif de l'entreprise ECR


Destinataire : Direction Euro Cargo Rail Paris


         Le personnel d'ECR et particulièrement les agents de Hendaye et de Bayonne sont profondément choqués par la décision de la direction d'ECR de licencier P.Bousquet, agent de maintenance wagon méritant et apprécié de tous à l'age de 54 ans.

Les contraintes de son travail aux quatre coins de la France, son expérience d'ancien (dix ans d'ancienneté en décembre), son professionnalisme et ses qualités humaines sont reconnues unanimement parmi le personnel terrain qui l'a côtoyé.

La sanction disproportionnée (pour une engueulade) prise contre lui par la direction ECR n'est pas acceptable. Qui plus est, son entretien préalable au licenciement qui s'est passé dans des conditions anormales (présence de son hiérarchique qui lui reproche les faits) n'est donc pas équitable voire légale car il n'a pas pu s'exprimer librement.
L'entretien a montré que la raison qui a amené à cette convocation reste vide de preuves formelles contre lui alors pourquoi prendre une telle sanction disproportionnée dans ce cas ?

Les signataires de la pétition demandent à la direction ECR de faire un pas en avant en acceptant de revoir le niveau de la sanction et de réintégrer Philippe à son poste.

Le personnel s'engage en retour à ne pas faire grève et demande l'ouverture dès à présent de la voie du dialogue et du compromis et laisse à la direction d'ECR jusqu'à fin Août pour revenir à une situation apaisée et acceptable, sans quoi ce sera un conflit majeur!

Car aujourd'hui c'est Philippe, mais demain ça sera qui ?
Un conducteur ou un opérateur qui fait un écart sécurité !
Nous ne pouvons pas accepter des décisions arbitraires qui brisent des vies et la direction ECR à tout à perdre en sanctionnant de façon disproportionnée et injuste des membres de son personnel.

Une sanction doit avoir une vertu pédagogique et pour cela doit être acceptable et acceptée par le collectif de travail. Nous ne sommes pas des kleenex qu'on peut virer au gré d'une décision et nous rappelons que la richesse pour l'entreprise, c'est bien le personnel qui réalise le travail.

Licencier Philippe :

-c'est se priver d'une personne d'expérience, essentielle à la maintenance wagon, métier extrêmement difficile;
-c'est se priver d'une ressource formée, d'un savoir-faire et d'un savoir-être;
-c'est se priver d'un agent qui accepte d'être itinérant sur une grande partie de la France comme personne ne l'accepterait;

L'entreprise ECR à tout à perdre en maintenant sa décision arbitraire en se séparant de lui.

Nous demandons donc de réintégrer Philippe à son poste.





Fil d'actualité :

Publicité