Non aux Éoliennes a Urbise

Non aux Éoliennes a Urbise

Destinataire : Autorités administratives compétentes


        


Cette pétition n'a pas pour vocation de se positionner pour ou contre l'éolien, mais de prendre la mesure de notre responsabilité face à la protection de la biodiversité de notre territoire et des paysages qui y sont associés.


Roannais Agglomération projette d'implanter 3 éoliennes d'une hauteur de 180 m sur la commune d'Urbise dans le bois de Lafey, paysage naturel entre Bocages du Brionnais en Saône-et-Loire et Monts de la Madeleine dans la Loire.



Ce projet pose de nombreux questionnements :



1- Il est tout d'abord surprenant de constater que le site sélectionné se situe en plaine dont l'insuffisance des vents contraint à l'implantation d'éoliennes démesurées dans un paysage jusqu'ici naturel et préservé. En comparaison, les éoliennes de Saint Nicolas des Biefs mesurent 140m.


2- De l'extraction à la fabrication des matériaux les constituant, de l'acheminement à la construction des machines, du démantèlement au traitement de ces déchets, nous nous interrogeons sur le réel bilan carbone de ces éoliennes et à fortiori sur la réalité de leur impact « positif » sur l'environnement tandis que leur durée de vie est de seulement 20 ans.


3- Avançant le prétexte de l'écologie, certains sont prêts à détruire toujours plus la nature qui nous entoure au lieu d'exploiter les friches industrielles. L'Observatoire national de la biodiversité nous alerte sur l'artificialisation du territoire français : « c'est l'équivalent de la disparition d'un département comme la Drôme ou le Loir-et-Cher tous les 10 ans ».


4- Les conséquences engendrées par nos comportements sont importantes : «  une perte de ressources naturelles et agricoles » mais aussi « une forte pression sur la biodiversité en détruisant les milieux naturels et les espèces qui y vivent ». Nous sommes de plus en plus informé sur l'urgence de cette situation, et ce sont notamment 26 840 espèces qui sont aujourd'hui inscrites sur la liste rouge des espèces menacées à travers le monde.

Même si ces éoliennes ne tuent pas de manière directe la faune et la flore présentes, elles en diminueront, voire en élimineront concrètement leurs présences sur ce site.


5- L'Académie de médecine a montré dans un rapport l'émergence «  d'un syndrome de l'éolienne », qui démontre que même "si l'éolien terrestre ne semble pas induire directement des pathologies organiques, il affecte, au travers de ses nuisances sonores et surtout visuelles, la qualité de vie d'une partie des riverains et donc leur "état de complet bien-être physique, mental et social" lequel définit aujourd'hui le concept de santé ».

Dans cette situation, il est encore plus problématique de constater que l'initiateur du projet ait opté pour un site aux limites de son territoire, imposant ainsi toutes ces nuisances au territoire voisin, la Saône-et-Loire.


6- La défiguration des paysages du Brionnais va à l'encontre de la candidature de ce territoire à l'inscription à l'UNESCO.


7- La loi impose d'inclure dans le budget du projet 50 000€ par éolienne pour prendre en charge le démantèlement des machines et la remise en état du site. Bien malin est celui qui avec cette somme pourra remplir ces conditions, et notamment supprimer les différents socles de béton armé injecté dans le sol. Alors une question se pose, lorsque la bail prendra fin à qui reviendra la responsabilité de remettre le site en l'état : aux propriétaires ? Comment retrouveront-ils leur terrain ?

Concrètement si une partie de ces socles en béton devaient demeurer en place, des problèmes d'infiltration des eaux et d'enracinement des plantations pourraient rapidement émerger.



Cet écosystème qui est en place depuis des années va s'en trouver détruit une première fois lors de l'implantation des éoliennes et une seconde fois, 20 ans après, lors du démantèlement. Des études sont réalisées pour tenter d'atténuer les forts impacts de ce projet sur l'environnement, alors que la seule vraie solution serait de ne pas le détruire.



Au mois de mars 2019, Roannais Agglomération déposera le dossier concernant ce projet auprès de la préfecture de la Loire. Une enquête publique s'en suivra afin de permettre à chacun de faire entendre sa voix. Cette pétition est une première façon de la faire entendre mais elle ne remplacera pas votre voix primordiale dans cette enquête alors nous vous invitons à vous rendre à la mairie d'Urbise lors de l'enquête publique pour défendre votre paysage, votre territoire, notre environnement.


Nous vous tiendrons informés de l'avancée de ce projet et de la date de l'enquête publique dont les avis entérineront ou enterrons l'implantation dans notre paysage de trois monstres d'acier et de béton de 180 mètres de haut.




SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : France. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :