Non à la destruction des acquis des salariés de la Métallurgie Alsace !


Destinataire : Salariés de la Métallurgie Alsace


        

Depuis plusieurs années, les Fédérations syndicales au niveau national négocient un projet de Convention Collective Nationale (CCN).

Le 7 février 2022, 3 organisations syndicales ont signé la nouvelle Convention Collective Nationale (CCN)

La CCN devant s’appliquer au 1er Janvier 2024 sous réserve de négociations locales permettant l’établissement d’accords autonomes pouvant acter les spécificités 67 et 68 qui n’ont pas été reprises dans la CCN.

Les Fédérations ont donc rappelé que les négociations territoriales et sectorielles participent à l’équilibre général de la Convention Collective Nationale et conditionnent la signature en préambule de la CCN.

Rappel des pertes pour les salariés Alsaciens en cas d’échec des négociations locales :

Pour le 67

-  Disparition de la prime de vacances de 450 euros

-  Disparition de divers acquis sociaux

Pour le 68

  • Disparition du treizième mois
  • Disparition des 20h00 annuelles payées pour absence médicale,
  • Disparition d’1 et 3 jours de congés (payés) pour les médaillés du travail
  • Disparition du jour de déménagement.
  • Disparition des primes de panier des équipes du matin et de l’après-midi.
  • Disparition de divers acquis sociaux

En Alsace, les négociations locales se passent très mal , l’UIMM Alsace (Medef Métallurgie) s’est montrée extrêmement agressive, menaçante dès la première réunion début 2022.

A ce jour, l’UIMM Alsace propose de discuter des seules primes de vacances 67 et treizième mois 68, MAIS à durée déterminée pour 2 ans, ce qui veut dire qu’au lieu de disparaître en 2024 ces acquis disparaîtraient de fait en 2026 !

INADMISSIBLE pour les organisations Syndicales, cerise sur le gâteau à la lecture du projet d’accord 68 soumis par l’UIMM, nous découvrons que le treizième mois du 68 n’est plus qu’une prime fixe qui divise quasiment par deux ce même treizième mois ! 

Le constat :

-  Toutes les voies et tentatives de dialogue avec l’UIMM Alsace ont été épuisées !

-  L’UIMM Alsace veut délibérément priver les salariés Alsaciens de nombreux acquis sociaux !

-  Même si certains de ces acquis figurent dans des accords d’entreprise rien ne garantit qu’ils ne soient pas dénoncés un jour !

-  La plupart des contrats de travail ne sont pas sécurisés non plus : Exemple : « vous percevrez une prime de vacances conventionnelle…….. » 

-  La méthode la moins risquée est la conclusion d’accords territoriaux autonomes à durées INDETERMINEES (à condition d’un 13eme mois aux mêmes conditions qu’actuellement pour le 68), mais l’UIMM Alsace refuse catégoriquement ! 

 

 

 

 

 





Fil d'actualité :