Pétition des Communes concernées par la "Route du Sud"

Pétition des Communes concernées par la "Route du Sud"

Destinataire : Présidence de la polynésie française


        

Monsieur le Président de la Polynésie française, 

Ia ora na


En tant que citoyen du Fenua, nous ne pouvons accepter ce projet nommé auparavant Te ara nui, pour lequel une tentative de relance est en cours sous le nom de « route du sud ».

Nous nous y opposons pour les raisons suivantes :


• un panel d’autres solutions existent afin de fluidifier le trafic routier actuel encombré seulement en heure de pointe de période scolaire ou de travaux,

• un tel projet déracinerait la vie d’un grand nombre de familles établies depuis de nombreuses années à soigner leur maisons et jardins, et sans certitude de relogement similaire,

• entraverait le potentiel agricole et vivrier qui est aisément possible sur les coteaux de montagne prévus, dans ce projet, pour être rayés de la carte,

• provoquerait des dégâts environnementaux graves, impactant la biodiversité et en aval les lagons et donc la pêche (boues d’érosion nuisant à la santé et richesse du lagon),

• créerait, pour les lieux de vie à proximité, des retombées polluantes et sonores accrues par la vitesse des véhicules, sans parler de l’augmentation des risques d’accidents,

• impacterait le bon fonctionnement et la salubrité de nos écoles primaires de Mara’a, Vaipuarii, Tiapa, collège de Paea et Papehue (dont certains bâtiments sont même sur le tracé !)

• certains lieux de culte seraient aussi touchés, mais le comble est que l’activité culturelle du marae Arahurahu subirait l’enfer de cette autoroute passant à 1 vingtaine de mètre du lieu.

• nuirait à la beauté des pieds de montagne de la Commune, à son authenticité culturelle et paysagère (impactant donc l’attractivité touristique qui fait vivre le Fenua)…

• ne solutionnerait ni l’exode des îles saturant Tahiti, ni les déplacements de nombreuses familles ne pouvant assumer les frais considérables exigés par l’automobile,

 

Nous sommes, par contre, pour des solutions à l’échelle humaine et ciblées sur :

      -  l’amélioration des points d’engorgement du trafic inexistants entre le PK 22 (Paea) et la zone urbaine de Papara,

      -  la mise au point des structures favorisant la fonctionnalité des transports en commun, et stimulant l’attractivité (excellence) des écoles du sud de Tahiti et des îles.

      -   l’élargissement de la route de ceinture actuelle avec des pistes cyclables et de vrais trottoirs (permettant que les courts déplacements soient sûrs, sains et durables sans accroitre le trafic),

      -   et surtout sur l’investissement des dizaines de milliards nécessaires à un tel projet plutôt vers :

o   la viabilisation des vallées fertiles et le soutien aux îles : sources d’emplois, de richesses, de développement des ressources naturelles, culturelles-traditionnelles

o   les pôles sud de l’île lesquels draineraient directement les flux d’activités ailleurs que vers Papeete en équilibrant le trafic avec une direct et durable rentabilité.

o   Permettraient aux populations de se préparer à assurer leur sécurité alimentaire & nutritionnelle face aux crises climatiques et autres, dont extinction la biodiversité…

 

En conséquence, nous, signataires, ci-après, vous présentons notre opposition extrêmement ferme et définitive à ce projet démesuré ; beaucoup en restent très angoissés et

sont prêts à tout pour sauver le lieu de vie qu’ils ont travaillé de tout leur cœur depuis de nombreuses années. Nous vous implorons d’abandonner définitivement ce projet.


‘Ia rahi te aroha e te màramarama





Fil d'actualité :

Publicité