Pour une résidence propre et sécurisée


Destinataire : Monsieur yann crombecque, adjoint à la sécurité de la mairie de villeurbanne, monsieur le préfet yann mailhos


         Monsieur le Préfet,

Monsieur l'Adjoint à la Sécurité de la Mairie de Villeurbanne,

Nous, les habitants du Collectif Résidents du 122/130b rue Leon Blum vous alertons en toute urgence sur nos conditions de vie.

Notre résidence compte 400 logements et une voie d'accès ouverte sur l'espace public. Depuis sa livraison début 2020, nous rencontrons de vrais problèmes de stationnement sauvage. 

- Une grande campagne d'information et de sensibilisation 
- L'installation de plots, de panneaux, de marquages au sol
n'ont pas permis d'empêcher le stationnement abusif dont sont responsables aussi bien certains résidents que des citoyens habitant le quartier.

A cause de ce stationnement abusif:

- le camion des déchets de la Métropole ne passe plus pour vider les silos poubelle et recyclage
- le camion de pompiers ne peut plus accéder à 4 des 7 bâtiments de la résidence

En conséquence,

UNE INSECURITE:
- la tension monte entre les habitants qui ne peuvent plus accéder à leur garage
- un résident a entrepris de crever des pneus et de casser des pare-brise
- plusieurs résidents et membres du Conseil Syndical qui essaient d'apaiser les esprits et de raisonner ceux qui se garent mal se sont fait prendre à parti et menacés
- des résidents descendent avec des battes de baseball dans des accès de paranoïa pour "casser de la gueule"
- des voitures gênées par les voitures mal stationnées sont obligées de faire des manoeuvres dangereuses graves (marche arrière sur la rue Leon BLUM, bloquages de la circulation,...)

UN DANGER EN CAS D'URGENCE MEDICALE OU D'INCENDIE
- une maman a dû sortir en peignoir en tenant dans ses bras son enfant en crise d'asthme pour traverser toute la résidence et arriver au camion de pompiers coincé à cause du stationnement gênant.
- des personnes handicapées en fauteuil roulant (y compris des enfants) ne peuvent plus accéder à leur logement à cause de voitures stationnées devant l'entrée de leur bâtiment.
- les pompiers ont fait remonter plusieurs fois le danger en cas d'incendie car leur accès est empêché pour 4 des 7 bâtiments que compte la résidence.

UN MANQUE D'HYGIENE et UNE INSECURITE SANITAIRE
- les déchets s'accumulent chaque jour car les silos sont pleins et ne sont plus vidés. Les tas de déchets amoncelés en plein air ont dépassé les 5 mètres par 3 par moment.
- une société privée intervient chaque jour, coûtant 400 euros chaque jour à la copropriété. A peine est elle passée que les sacs s'amoncèlent de nouveau car les silos restent pleins et les résidents sont nombreux.
- des rats se sont installés et éventrent les sacs.
- des résidents dont les fenêtres donnent sur le tas d'ordures ne peuvent plus ouvrir leurs fenêtres.
- la résidence est envahie d'odeurs pestilentielles et d'insectes.

La solution de la fermeture de la résidence a été évoquée mais celle-ci est conditionnée à l'approbation du service d'urbanisme et donc devra encore prendre plusieurs mois, voire années.

En attendant, les conditions de vie s'aggravent chaque jour avec des coûts financiers et humains phénoménaux.

Nous vous demandons, Monsieur le Préfet, Monsieur l'Adjoint en charge de la Sécurité, de bien vouloir agir au plus vite pour rétablir l'Ordre et la Sécurité dans notre résidence en faisant intervenir au plus vite et de manière répétée et consciencieuse les services de la Police ou de la Gendarmerie dans notre résidence pour verbaliser les voitures en infraction et les faire enlever pour permettre le passage des services publics et de Sécurité.

Notre voie étant ouverte à la circulation publique, la jurisprudence reconnait au maire la compétence en matière de police de la circulation et du stationnement sur l'ensemble des voies ouvertes à la circulation publique, sans distinction entre celles qui font partie du domaine communal et celles qui relèvent de propriétés privées, afin d'assurer la sécurité et la commodité du passage. ( CAA Marseille, 22 octobre 2007, n°05MA02078; CE, le 15 juin 1998, commune des Clais n°171786; CE 9 mars 1990 n°100734; CE 29 mars 1989, n°80063)

La Police refuse, malgré nos nombreuses alertes, d'intervenir à ce jour, nous laissant dans une situation précaire en terme d'hygiène et de sécurité.

Nous vous remercions d'avance d'agir au plus vite pour la Vie de vos électeurs et concitoyens en détresse.



SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

L'ensemble des informations recueillies sur le formulaire de signature sont destinées à l'auteur de la pétition (sauf votre adresse e-mail) et en signant vous acceptez que l'auteur puisse transmettre ces informations recueillies au destinataire de cette pétition ou toute personne décisionnaire.

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement sur le site.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : France. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :