Non à la loi blanquer


Destinataire : Tous intéressés


        

Les dangers du projet de loi Blanquer dite

"loi pour une école de la confiance".


L'école maternelle publique menacée.

1-SCOLARISATION OBLIGATOIRE dès l’âge de 3 ans

Les communes doivent financer les écoles publiques ET les écoles privées pour ce qui est de la scolarité obligatoire. Puisque La loi BLANQUER rendrait la maternelle obligatoire, les communes auraient l’obligation de financer les écoles maternelles du privé. Est-ce que les écoles publiques pourront alors avoir autant d’argent qu’aujourd’hui ?


Les familles auraient donc l’obligation de scolariser leurs enfants dès 3 ans. MAIS PAS FORCÉMENT A L’ÉCOLE ! En effet, la loi BLANQUER permettrait aux parents d’inscrire leurs enfants dans des «jardins d’enfants » : structures privées, associatives, confessionnelles, etc. avec un projet pédagogique, mais sans présence d’enseignants.


2-« ÉCOLE INCLUSIVE »

POUR UNE INCLUSION « SYSTÉMATIQUE » DES ENFANTS HANDICAPÉS, MÊME SI CE N’EST PAS ADAPTÉ.

L’« INCLUSION SYSTÉMATIQUE » inscrite dans le projet Blanquer, c’est la volonté d’intégrer systématiquement tous les enfants handicapés DANS LES CLASSES ORDINAIRES, même si ce n’est pas adapté à leurs besoins et ça ne leur permettra pas d’être heureux et d’apprendre.


Si ces élèves ont un handicap trop lourd, on doit pouvoir les accueillir dans les IME (Institut Médico-Educatif) et les ITEP (Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique). Avec un personnel pluridisciplinaire : des enseignants, des soignants (psychologue, psychomotricien, etc…) et des éducateurs, un accueil en IME/ITEP coûte 8 fois plus cher qu’un accueil en école ordinaire.

 

3-EPSF : Établissement Public des Savoirs Fondamentaux

La loi BLANQUER regrouperait dans un EPSF le collège et toutes les écoles du secteur. L’EPSF serait dirigé par le chef d’établissement du collège qui cumulerait les fonctions de principal de collège ET de directeur d’école.

Les conséquences :

Dans le milieu rural, cela fera mathématiquement fermer beaucoup de classes.

Il n’y aurait plus, dans chaque école, de poste de directeur. Dans la relation avec les parents d’élèves, il n’y aurait plus la proximité avec le directeur.


4-ÉVALUATION DES ENSEIGNANTS

Les parents et les élèves participeraient à l’évaluation des enseignants. Les enseignants seraient aussi évalués sur leurs capacités d’accueil des personnes handicapées (école inclusive).

Les conséquences :

Les enseignants ne feront-ils leur travail que pour plaire aux élèves et sous la pression des parents ?

Les enseignants accueilleront-ils des élèves handicapés uniquement pour être bien évalués, quitte à les accueillir dans de mauvaises conditions ?


5-RÉGIONALISATION

Les académies seraient remodelées pour se calquer sur le découpage des nouvelles régions. Une direction régionale pour tout Auvergne-Rhône-Alpes serait encouragée. Ainsi, les services administratifs seront mutualisés pour faire des économies de postes alors qu’il est, aujourd’hui, difficile de trouver à qui s’adresser pour les démarches administratives auprès de l’inspection académique.

Dans le secondaire, la loi BLANQUER permettrait aux régions de modifier en partie les horaires des différentes matières : on perdrait la notion de service public national de l’éducation Nationale.


6-APPEL CROISSANT À DES ENSEIGNANTS VACATAIRES

Pour remplacer les enseignants malades, il serait « massivement » fait appel à des personnes vacataires/contractuels, qui ne disposent pas de la formation dont ont bénéficié les enseignants.

Disons-nous bien qu’un remplacement peut durer 2 jours pour une angine… Ou plusieurs mois pour une longue maladie ou une grossesse ! Qui fera classe à nos enfants pendant tout ce temps ?


EN BREF : ON TERRITORIALISE/DÉCENTRALISE ET ON CHERCHE À FAIRE DES ÉCONOMIES.


Les parents d’élèves souhaitent non seulement que le projet de loi BLANQUER soit abandonné, mais aussi indiquer des dysfonctionnements actuels sur lesquels il faut urgemment concentrer l’énergie de l’école :

-         De nombreux enfants en difficulté attendent des RDV d’orthophoniste, au CMP ou avec le médecin scolaire.

-         Les EVS doivent être plus nombreux, mieux formés et moins précaires.

-         Le RASED, mutualisé entre beaucoup trop d’écoles, perd son sens et son efficacité. Les enseignants du RASED passent trop de temps dans leur véhicule entre 2 écoles et pas assez sur les bancs de l’école à aider les élèves !

Les enfants ont besoin d’adultes encadrants nombreux et bien formés. L’argent public, mis en commun par le contribuable, c’est notre argent ! Il doit servir le bien commun et doit être utilisé à bon escient !






SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : France. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :