Pétition pour un service public ferroviaire


Destinataire : Président conseil régional nouvelle aquitaine


        

Pétition pour un service public ferroviaire

 

Les uns votent sans vergogne, les autres appliquent sans broncher, nous on veut vivre en Dordogne et on ne va pas lâcher.

 

CONTRAINTES, INÉGALITÉS, OPPOSITION.

Tel est aujourd'hui le triptyque qui représente le mieux la situation du service public ferroviaire dans son ensemble.

En ce qui concerne les TER si le bilan de la régionalisation peut paraître globalement positif, et il l'est, ceci est dû d'une part à une entreprise publique SNCF jusqu’alors, unifiée ,qui même malade, arrivait, grâce à la conscience professionnelle des cheminot-e-s, quand même à faire face à la demande et d'autre part , à un Etat qui jouait encore son rôle d'aménagement du territoire en donnant les moyens financiers aux régions d'assurer et d'assumer ce transfert de compétences.

MAIS ÇA C'ÉTAIT AVANT….

En ce qui concerne la SNCF, les contres réformes de 2014, 2016, 2018, la chute vertigineuse des effectifs (- 115000 en 40 ans) et des choix politiques désastreux, ne permettent plus aux cheminot-e-s de faire leur boulot dans de bonnes conditions et aux usager-e-s de bénéficier d'un service public ferroviaire digne du 21eme siècle.

L’ensemble des élu-e-s régionaux (à quelques exceptions près) ont, quant à eux, regardé passer ces camions de réformes,  votées en masse par leurs groupes politiques à l'assemblée,  alors que personne ne pouvait ignorer, puisque tout était écrit noir sur blanc, que le désengagement total de l'état, la désintégration de l'entreprise SNCF, allaient nous amener tout droit dans le mur des politiques d'austérité.

Depuis la signature de la convention TER 2019-2024 entre la région politique et la SNCF, qui acte une baisse de dotation de 25 millions d'euros, les élu-e-s et la direction SNCF,  ont tenté de faire croire qu'avec moins, ils allaient pouvoir faire plus. Aujourd'hui le constat est sans appel : manque de matériel roulant ( et la région enfonce le clou en voulant se débarrasser des X72500), multiplication des trains sans agents d'accompagnement formés à la sécurité,  horaires inadaptés, fermeture de gares, de guichets,  tarification majorée,  manque d'entretien des voies …. et le Service Annuel 2021 aggrave encore plus la situation avec les suppressions d'arrêt des trains en gares de Villefranche du Périgord , Mauzens Miremont, Trentels-Ladignac,  Pont du Casse, Milhac d'Auberoche,  la Bachellerie,  Larche,  La-Riviere-de-Mansac,  Mauzac, Couze, Neuvic (plus de liaison direct avec Bordeaux), suppression de 50 % des relations Px /Agen,  suppression des postes d'agents circulations,  suppression de postes d'accueil et de vente dans les gares,…..

Ces attaques et ces choix politiques sont d'autant plus inacceptables, qu’ils sont à des années lumières des enjeux environnementaux et sociétaux alors que l'urgence est de les placer au centre des choix politiques, comme nous le rappelle un peu plus chaque jour les crises que subissent les premier-e-s de corvée.

Ce 6 octobre 2020, les usager-e-s, les élu-e-s locaux, les cheminot-e-s et des partis politiques (PCF, EELV, Génération.S, Ensemble !, France Insoumise, Parti de Gauche) ont démontré qu'ils ne se résignaient pas et qu'ils souhaitent au contraire,  redonner ses véritables valeurs au service public ferroviaire :

1)      LA LIBERTÉ,  de pouvoir se déplacer au moyen d’un service public ferroviaire sûr et de qualité,

2)      L'ÉGALITÉ d'accès pour tous les citoyen-ne-s quelques soient leurs situations, leurs lieux d'habitation et leurs besoins,

3)      LA FRATERNITÉ entre les usager-e-s, parce que les intérêts des un-e-s ne doivent pas être servis au détriment de ceux des autres.

Au regard de tous ces enjeux, et parce que les Périgourdin-e-s veulent, continuer à vivre, travailler et étudier dignement en Dordogne,  je signe cette pétition pour :

v Maintien et développement de toutes les liaisons existantes.

v La remise à plat du SA 2021 et la tenue d'une réelle réunion de travail dans les plus brefs délais, réunissant usager-e-s, élu-e-s locaux, cheminot-e-s, région et  direction SNCF.

v Le maintien des 4 allers-retours par jour entre Agen et Périgueux,

v Développement de l'offre Périgueux-Sarlat en journée et le weekend.

v Le maintien de la desserte à des horaires adaptés aux besoins des usager-e-s des gares de : Villefranche du Périgord, Mauzens Miremont, Trentels-Ladignac, Pont du Casse, Mauzac, Couze, Milhac d'Auberoche, la Bachellerie, Larche, Rivière-de-Mansac, Neuvic (accès direct Bordeaux sacrifié).

v Le maintien du poste d'agent circulation en gare des Eyzies pour permettre une vraie fluidité du trafic.





Fil d'actualité :