SAUVEZ NOS ENTREPRISES LOCALES

SAUVEZ NOS ENTREPRISES LOCALES

Destinataire : PrÉsident rÉgion aura - m wauquiez


        

A toutes les Mairies du Département du Puy-De-Dôme
A Toutes les familles et enfants qui utilisent et utiliseront les transports scolaires du Département du Puy-De-Dôme
A tous les établissements scolaires
A tous les salariés des entreprises locales
A tous ceux qui se sentent concernés
Merci de votre soutien en signant cette pétition

Lettre :

Saint Germain l’Herm, le 21 juin 2021       A Monsieur Le Président de Région AURA   Pour continuer de faire vivre nos campagnes, la politique doit être au cœur et au service de l’économie rurale. N’est-ce pas votre point de vue ?   Dans le domaine des transports scolaires, nos petites entreprises familiales et locales assurent depuis plus de quarante ans la continuité du service public, ce qui permet aux femmes et aux hommes de demeurer au pays et d’y élever leurs enfants.   Ces petites structures se sont consolidées grâce à un travail et un investissement acharnés. Aujourd’hui, il est irrespectueux de DÉCONSIDÉRER nos entreprises rurales, de les OUTRAGER, pire de les faire littéralement DISPARAÎTRE.   Il est désolant de constater que ces petites entreprises qui ont une très bonne connaissance du territoire et une grande capacité d’adaptation de par la souplesse de leurs structures voient leur équilibre financier et leurs emplois mis en péril par des CHOIX en faveur des ENTREPRISES PRÉDATRICES ÉTRANGÈRES AU TISSU LOCAL et ce pour des raisons purement comptables, faisant fi de toutes considérations sociales, humaines et sociologiques.   Les critères d’attribution retenus par la Région étant « UNIQUEMENT » financiers poussent nos élus à choisir davantage le prix au détriment de la qualité de service qui est due à l’ensemble des enfants, des familles, des établissements scolaires et des entreprises locales, particularité de nos territoires ruraux. LE PRIX,  TOUJOURS LE PRIX !!!!   Après l’épisode des gilets jaunes, tous, hommes politiques, sociologues, responsables locaux se sont accordés à reconnaître que cette vision purement ultra-libérale de l’économie entrainait casse sociale et colère dans nos campagnes. Un an et demi après la fin du mouvement, force est de constater que tout continue selon cette même logique absurde. Jusqu’à quand ? Et que faudra-t-il pour que nos élus accordent enfin leurs décisions à leurs discours ?   POUR MAINTENIR NOS EMPLOIS DANS NOS VILLAGES NOUS VOUS DEMANDONS DE REVENIR SUR CETTE DÉCISION.   Salutations des salariés très en colère.  





Fil d'actualité :