Plaidoyer Pour la Préservation de la Foret d'Ebo

Plaidoyer Pour la Préservation de la Foret d'Ebo

Destinataire : Peuple banen, peuple bassa mpoo bati, peuples du cameroun, peuples du monde


        

Document de synthèse du plaidoyer

Contexte

Le ministre en charge des forêts et faunes, Jules Doret NDONGO, en date du 4 février  2020, a publié l’avis N°0011/AP/MINFOF/DF/SDIAF/SC,  portant classement dans le domaine privé de l’Etat d’une zone de forêt située dans les Régions du Littoral et du Centre, Départements du Nkam, de la Sanaga Maritime et du Mbam&Inoubou, Arrondissements de Yingui, de Ngambé et de Ndikiniméki ; cette forêt est dénommée forêt d’EBO.

 

La forêt d’EBO est le lieu d’habitation d’au moins 40 communautés en particulier et  le lieu de résidence du peuple Banen. Ces derniers, les Banen[C1] ont été dépossédés de leurs terres par le gouvernement du président Ahmadou Ahidjo entre 1960 et 1965 juste après les indépendances pour des besoins de sécurisation de ces zones  contre les maquisards,  avec la promesse de l’Etat de rentrer sur leurs terres dès le retour de la paix. Dès lors, les Banen qui constituent une population de xxxxxâmes, se sont retrouvés exilés dans les départements de la région du littoral et du centre avec l’espoir de retour sur leurs terres. Ce qui ne s’est pas fait jusqu’à ce jour.

 

LA PROBLEMATIQUE

La classification de la forêt d’EBO pour en faire des concessions pour l’exploitation de bois et autres activités sera une catastrophe écologique ; en effet cette forêt est le lieu d’habitation des espèces fauniques rares et en voie de disparition. Parmi ces espèces on distingue des gorilles, des éléphants….. [C2] Cette biodiversité faunique et florale fait partie de la plus grande réserve de carbone de la zone équatoriale soit environ 35 millions de tonnes.[C3] 

 

Le président Paul Biya a dit à la conférence de Paris le XXXXXX  [C4]  « je suis mendiant de la paix » au forum de la lutte contre l’islamisme violent[C5] . Le Cameroun est de plus en plus soumis depuis quelques années à des revendications sociologiques et culturelles.Bien que la réalité exprimée par le concept de culture soit difficile à cerner, l’influence de la culture sur le comportement humain se manifeste de façon concrète entre autres en affectant notre perception de ce comportement et des règles qui le régissent. Le comportement humain étant lié à la culture,  il va de soi que celle-ci représente un facteur important dans le développement de toutes les sociétés. Il s’avère qu’on note dans le pays un repli identitaire de plus en plus croissant.Cela se vérifie avec la crise dite Anglophone dont les revendications portent sur l’utilisation d’une langue coloniale.  La terre selon nos coutumes appartient au clan non pas aux individus ; privé une communauté de sa terre, c’est fragilisé cette communauté en plombant son essor culturel ainsi que son développementéconomique. La perte de la terre induira de fait la disparition de la langue Tunen qui est la langue parlée par les Banen avec un risque de revendications sociales violentes comme cela se passe actuellement dans les régions dites Anglophones du Cameroun. Personne ne peut prédire qu’elle sera la réaction des Banen dans quinze ou vingt ans dans leur quête de renouer avec  leurs traditions ; Le Cameroun peut l’économie d’une autre crise culturelle dans quinze ou vingt ans comme  celle qui se passe actuellement dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest .Priver les Banen de leur terre, c’est priver les Banen, d’une possibilité de développementéconomique. Ainsi, La cession de la forêt d’EBO , risque de constituer le glas qui annonce la mort de la culture Banen et des communautés Banen tout en mettant à risque sur le long terme la cohésion sociale , alors que Paul Biya veut laisser un héritage de paix et de cohésion sociale.

 

SOLUTION

A contrario, La facilitation de la réinstallation des communautés Banen sur ses terres ancestrales contribuera à rétablir la cohésion sociale qui commence à manquer dans notre pays. Faciliter la réinstallation des communauté Banenen mettant sur pied un programme d’installation qui consistera à la subvention des activités agricoles et pastorales des jeunes par des programmes tels que ACEFA  ou  PRODEL.

Le chef de l’Etat du Cameroun, Son excellence Paul Biya  dans son discours du xxxxx[C6]  a demandé aux jeunes de renouer avec le travail de la terre, car cette dernière ne trompe jamais[C7]  !!! Comment les Banen pourrontt il renouer avec le travail de la terre alors qu’ils ne possèdent plus de terre ? Comment les Banen pourrons t ils contribuer à l’essor du Cameroun à travers des productions agro pastorales, alors  qu’ils ne possèdent plus de terre ? Paul Biya  a également dit qu’il veut qu’on se souvienne de lui comme celui qui a apporté  la démocratie et la prospérité. N’est-ce pas aller à contre-courant de cette approche philosophique du chef de L’état en privant une communauté autochtone comme les Banen de leur terroir ?

 

A la sortie de la deuxième guerre mondiale, la France totalement désindustrialisée,bénéficiant du plan Marchal, fit le choix d’un développement d’une économie basée sur la concession familiale. L’Etat français apporta son appui au développement de petites fermes familiales et des coopératives- les vignobles de bordeaux, la production laitière du Cantal…. [C8] qui aujourd’hui font la fierté de ce pays et soutiennent son économie.

Le gouvernement de la république du Cameroun, à travers les programmes tels qu’ACEFA ou PRODEL, ou le plan jeune peuvent permettre la réinstallation des jeunes dans les métiers de la terre mettant ainsi en pratique les recommandations du président de la république. Par ailleurs les communes de yingui, de ………, de……… [C9] peuvent bénéficier d’un financement dans le but de faciliter la réinstallation des jeunes Banen dont le nombre est d’environ de XXXXXX[C10] ,.

 Ces communes pourront mettre à la disposition de ces jeunes des matériels agricoles dans un concept de tracteur partagé pour booster la production agricole.

L’avantage d’avoir ces jeunes dans les métiers de la terre, participe au développement du Cameroun, à l’augmentation et à l’amélioration de la production locale, à la lutte contre le chômage des jeunes et de l’exode rural. La mise en place de ce programme  créera environ cinq mille [C11] emplois directs vingt-cinq mille emplois indirects. [C12] Deux mille [C13] ménages seront directement impactés dans le sens de l’amélioration de leurs conditions de vies. Les cultures locales produites seront les tubercules [C14] soit environxxx tonne [C15] par , pour un montant de xxxxxxx francs [C16] cfa, les légumes et les légumineuses [C17] soit environxxxx tonnes [C18] par an pour un montant de xxxx francs [C19] cfa . Enfin la biodiversité de cette sera préservée et le Cameroun à travers la COMIFAC pourra bénéficier des subventions ou des projets ou programmes visant à protéger l’environnement ou à développer une économie basée sur la forêt carbone. 

En mettant en place un programme de ce genre, le gouvernement résout simultanément les problématiques sociales, économiques, culturelles et environnementales.


 [C1]Nous devons parler de la période d’installation des Banen sur ces terres , son historicité

 [C2]Nous devons citer ces espèces

 [C3]Il nous faut plus d’informations  sur la forêts ( espèces fauniques et autres)

 [C4]Je cherche encore la date

 [C5]Le thème de la conférence est à vérifier

 [C6]Je cherche encore la date

 [C7]Il faut qu’on trouve la citation exacte

 [C8]Nous pouvons étoffer cela avec d’autres exemples

 [C9]Citer toutes les communes où on retrouve les Banen

 [C10]Donner le nombre mêm approximatif

 [C11]Cela dépend du nombre de jeunes

 [C12]Cela dépende du nombre de jeune

 [C13]Cela dépend du nombre de jeune

 [C14]Citer le type de tubercule cultivé

 [C15]Le tonnage varie en fonction du nombre de jeunes et des surfaces cultivées

 [C16]Note au dessus

 [C17]idem

 [C18]idem

 [C19]idem



SIGNER LA PETITION

Fil d'actualité :

Signer la pétition

- Votre adresse e-mail doit être valide pour recevoir le lien de validation de votre signature
- L'auteur de la pétition n'aura pas accès à votre adresse e-mail indiqué dans ce champ

OUI, je veux être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.
NON, je ne veux pas être averti des mises à jours, des actualités de cette pétition.

OUI, je souhaite aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
NON, je ne souhaite pas aider d'autres pétitions en recevant les mobilisations du site.
(Vous pourrez changer d'avis à tout moment)

Ne pas afficher ma signature publiquement.
En cochant cette case, je déclare avoir lu et accepter les Conditions Générales d’Utilisation , la Politique de confidentialité du Site et avoir plus de 15 ans.


Publicité

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par le site unepetition.fr géré par la société . Certaines informations sont destinées au site unepetition.fr et d'autres à l'auteur de la pétition pour les finalités de celle-ci. Pour votre informations le pays de résidence de l'auteur est : Cameroun. Veuillez consulter notre Politique de confidentialité du site pour plus d'informations sur leurs utilisations
Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant :