Reprise des cours en présentiel pour les étudiants


Destinataire : Elèves, enseignants et personnel de l'école


        

Madame Frédérique VIDAL

Ministre de l’enseignement supérieur,

de la recherche et de l’innovation

1 Rue Descartes

75 231 Paris

 

Objet: Cours à distance chez les étudiants

 

Le mardi 17 novembre 2020

 

 Madame la Ministre,

Actuellement en étude dans l’enseignement supérieur, nous vous écrivons cette lettre pour vous faire part de notre incompréhension face à la gestion de la crise sanitaire que connaît la France.

            Nous sommes étudiantes en école d’ingénieur à Dijon, notre formation a débuté en septembre 2020, au cœur de cette crise. Nous avons recours à l’enseignement en distanciel depuis septembre et depuis l’annonce du président Macron le 28 octobre 2020, nous sommes confinées chez nous.

            L’objet de cette lettre est de vous avertir que nous ressentons un sentiment d’injustice et d’exclusion quant à la gestion de notre cursus par rapport à l’enseignement primaire et secondaire.

            Pour rappel, la formation d’ingénieur comprend de nombreux travaux pratiques et travaux de groupes, ce qui exige une présence sur le site de l’école, sans quoi notre formation sera incomplète. Le décrochage scolaire en études supérieures est une éventualité qui doit être prise en compte. Nous sommes dans des conditions non favorables à notre apprentissage.

            La plupart des étudiants, de par leurs faibles ressources, occupent des logements qui ne sont pas propices aux très nombreuses heures passées derrière un écran. Nous n’avons aucune interaction sociale, pensez-vous aux répercussions psychologiques causées chez les jeunes de votre pays ?

            Pourquoi creuser une telle différence entre l’enseignement au sein du lycée et l’enseignement supérieur ? Vivant seuls pour la plupart, les risques de contamination sont moindres. Nous entendons que ce confinement concerne la France et que la santé de chacun est importante, cependant nous vous demandons de penser aux étudiants qui sont en train de construire un avenir dans des conditions désastreuses.

            Nous estimons que des solutions sont possibles malgré la crise sanitaire actuelle. En effet, les salles de TD (travaux dirigés) et les amphithéâtres de nos écoles et universités n’accueillent personne actuellement. Nous entendons que les effectifs doivent être réduits. 

Nous vous émettons l’idée de diviser chaque groupe de TD en deux, de ce fait, une partie des élèves suivrait le cours en présentiel et l’autre partie à distance. Alterner cela une semaine sur deux permettrait aux étudiants d’avoir un contact avec leurs professeurs pour pouvoir les questionner, avoir des interactions sociales et permettre une meilleure approche des cours en distanciel.

Parallèlement nous allons prendre contact avec les autres universités afin de les informer pour qu'elles se mobilisent. Sans réponse et solutions concrètes de votre part d'ici le 15 décembre 2020 nous envisagerons alors de passer à l'action sous toutes les formes possibles pour être entendus.

            Nous vous remercions de prendre en considération la situation actuelle des étudiants qui ne demandent qu’à réussir leur formation, autant que les lycéens et les collégiens qui se rendent à l’école en adoptant des gestes barrières.

Croyez en notre détermination sans faille que la situation change afin d’obtenir une équité de traitement dans le déroulement de notre cursus. 

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions de croire, Madame, en l’expression de nos salutations distinguées.


                                                                                                          Un collectif d’étudiantes





Fil d'actualité :

Publicité