Sauvons les 3h de langue russe au lycée rené cassin

Sauvons les 3h de langue russe au lycée rené cassin

Destinataire : Monsieur le Proviseur du Lycée René Cassin; Monsieur Olivier DUGRIP, Recteur de l'Académie de Bordeaux ; Monsieur Pierre BARRIERE, DASEN des Pyrénées Atlantiques ; Monsieur Jean-Jacques LASSERRE, Président du Conseil Général des Pyrénées Atlantiques;


        

Autres destinataires :

- Monsieur Henri ETCHETO, Conseiller municipal,

- Monsieur Mathieu BERGE, Conseiller régional d'Aquitaine, Délégué au lycée Cassin

- Madame Marie-Pierre VIEU, Députée Européenne du Sud-Ouest,

- Madame Frédérique ESPAGNAC, Sénatrice des Pyrénées Atlantiques,

- Monsieur Jean-Michel BLANQUER, Ministre de l'Education nationale

- Monsieur Alexeï MECHKOV, Ambassadeur de Russie en France

J’aime la langue russe, je la sauve!

 



« Une langue différente est une vision différente de la vie » – Federico Fellini

 

J'ai moi-même été élève au lycée René Cassin, il y a 10 ans. J'ai eu la chance de pouvoir étudier le russe lors de mon cursus scolaire. J'ai reçu un enseignement de qualité qui m'a permis de me confronter à une langue différente et qui m'a appris à faire preuve de patience, de persévérance et de ténacité dans mon apprentissage.

 

Mme Ricci nous a tout enseigné de l'alphabet aux nombreux cas de grammaire (datif,  locatif etc..) en ne négligeant jamais l'aspect culturel. De la seconde à la terminale, j'ai chéri les 3 heures de russe que j'avais. Je n'aurais jamais pu étudier de façon si approfondie la culture et les textes qui étaient au programme sans ces précieuses 3h de cours. C'était avec grande fierté que le jour de mon oral de russe je suis rentrée dans la classe, confiante et préparée!

Pourquoi garder le russe à Cassin ?


1. Cassin est l'un des rares établissements publics de la Côte Basque et du sud des Landes qui offre la possibilité d'apprendre une variété de langue : anglais, espagnol, basque, chinois et russe. Les options et le choix des langues sont la vitrine de Cassin pourquoi en réduire ses options?


2. Le 
BAB est une région touristique où la part de la clientèle russe est très importante, et encore plus particulièrement sur Biarritz.

 

3. La pratique de la langue russe est un  atout de taille, c'est un vrai "plus" sur un CV dans la perspective de métiers dans le secteur de l'hôtellerie, la restauration, du tourisme et bien d'autres. 

 

4. Alors que beaucoup de pays se referment sur eux-mêmes, Cassin se doit de montrer l'exemple ! L'apprentissage de plus d'une langue est un vrai avantage dans une société si internationale. Pensons à la nouvelle génération qui bénéficiera encore (je l'espère) des échanges Erasmus et autres programmes d'échanges culturels. Personnellement, j'ai eu la chance de voyager dans plusieurs pays d'Europe et le russe m'a aidé dans mes échanges.  Grâce à l'enseignement que j'ai reçu à Cassin, j'ai pu converser sur beaucoup de points historiques et culturels avec des connaissances tchèques, croates, serbes, estoniennes et lithuaniennes.

 

5. Qu'adviendra-t-il de l'échange Bayonne- Pskov que Mme Ricci a commencé en 1995 ? Cet échange est une véritable richesse pédagogique pour le lycée. Je me rappelle encore avec beaucoup d'émotions mon voyage scolaire de 2008.  Après tout le travail fait en classe c'est un aboutissement pour chaque apprenant. C'est l'opportunité de mettre en pratique ce qui a été appris en classe pendant plusieurs mois et années. L'expérience est unique et tellement enrichissante non seulement sur le point de vue culturel mais aussi personnel!

 

Alors mobilisons-nous pour sauver les 3 heures de russe à Cassin ! S'il vous plait, signez cette pétition.

Parce qu’  « une langue vous place dans un couloir pour la vie [mais] deux langues vous ouvrent toutes les portes le long du chemin » – Frank Smith





Fil d'actualité :